Navigation – Plan du site

Éditorial

Marc Baratin et Bruno Bureau

Texte intégral

1On pourra s’étonner de voir figurer dans une revue normalement consacrée au phénomène littéraire à Rome un numéro entier consacré à une lecture du Cratyle. Il convient de s’en expliquer brièvement.

2Le GDRI CLARo, organisateur du colloque dont procède cette réunion d’articles, a pour objet d’étude le concept de littérarité dans l’Antiquité romaine, et pour objectif de mettre en relation des chercheurs intéressés par les théories du langage au-delà de leur caractère proprement technique – et donc, précisément, dans leur articulation et leurs interactions avec le domaine littéraire.

3Ce Groupe de Recherche International est né du croisement de travaux menés dans le cadre de quatre centres de recherche : le Laboratoire de linguistique textuelle et de pragmatique cognitive de l’Université Libre de Bruxelles, avec Mihail Nasta et Marc Dominicy ; le Centro di Studi Retorici e Grammaticali de l’Université de Bologne, avec Lucia Montefusco et Gualtiero Calboli ; l’UMR 7041 ArScAN (Archéologies et Sciences de l'Antiquité) de l’Université de Paris Ouest, avec Anne Videau ; l’UMR 8163 STL (Savoirs, Textes, Langage) de l’Université de Lille 3, dont je relève moi-même. Rafaella Petrilli, de l’Université de Viterbe, s’est associée à ce regroupement, et avec elle d’autres collègues italiens qui participent aux travaux menés ces dernières années sur le Cratyle.

4Pourquoi le Cratyle ?

5Le débat mis en scène par Varron dans le De lingua Latina entre anomalistes et analogistes, débat qui occupe dans l’histoire des conceptions de la langue à Rome un rôle fondateur, a été perçu lui-même comme étant un produit, un effet, du débat entre partisans de l’origine naturelle et de l’origine conventionnelle du langage. De ce point de vue, le Cratyle, où ce débat est clairement posé puisque c’est le point de divergence entre les deux interlocuteurs de Socrate, a pu apparaître comme une sorte de point d’origine pour qui s’intéressait à l’histoire des théories latines sur le langage.

6Pour mettre en perspective ce point d’origine, l’objectif du GDRI CLARo est d’échapper à la concurrence de points de vue dont procède dans la période contemporaine la question du Cratyle, où s’opposent d’une part la tradition philosophique proprement dite, qui interprète le traitement du langage dans le Cratyle par rapport à la problématique de la connaissance, d’autre part la linguistique, qui s’intéresse aux étymologies du Cratyle et au « symbolisme phonétique » qui s’en dégage, et enfin la philosophie du langage, ou l’histoire de la linguistique, pour laquelle le Cratyle a posé notamment la question de l’origine naturelle ou conventionnelle du signe linguistique. L’une des difficultés les plus grandes sans doute de l’interprétation du Cratyle est le lien entre ces différents points de vue, lien qui serait la clé de l’œuvre, si elle en a une.

7Le principe méthodologique adopté par le GDRI est de retrouver l’originalité de l’analyse linguistique antique en reconstituant la perspective épistémologique dans laquelle elle a été produite, l’hypothèse de départ étant que Platon discute les théories sur le langage de ses prédécesseurs, en examine la validité épistémologique, et propose dans le Cratyle la construction d’une analyse du langage sur de nouvelles bases. Corrélativement, l’analyse des échos des théories du Cratyle dans la pensée grecque postérieure à Platon permet de valider les acquis de cette recherche.

8C’est dans cette perspective que s’inscrivent les contributions proposées ici, qui constituent, comme l’espèrent tous ceux qui ont participé à cette entreprise, non pas un aboutissement, mais le début d’une série de travaux sur cette problématique.

9Si l’on se souvient enfin que la réflexion sur le langage et le signe, et leur adéquation au réel se poursuit sans discontinuer pendant toute l’Antiquité, et nourrit les grandes controverses linguistico-théologiques du Moyen Âge latin, il paraîtra sans doute moins incongru de remonter à la source de ces réflexions, et d’en donner en quelque sorte une lecture des origines.

10La rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Baratin et Bruno Bureau, « Éditorial », Interférences [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://interferences.revues.org/4802

Haut de page

Auteurs

Marc Baratin

Bruno Bureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Hisoma
  • Logo Savoirs, Textes, Langage
  • Les cahiers de Revues.org