Navigation – Plan du site

L’adaptation des modèles grecs dans la versification latine

Les indices d’une conscience métrique (Catulle 62 ; Horace, Carm. 2.18)
Marc Dominicy

Résumé

à partir de deux exemples (Catulle 62 et Horace, Carm. 2.18), on analyse, par l’étude du refrain catullien et de la réception par Horace de formules métriques grecques dans un mètre rare, l’impact qu’exerce l’importation en latin de modèles métrique étrangers (grecs en l’occurrence) sur la prise de conscience métrique des auteurs latins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guyaux (éd.) 2009, p. 332.
  • 2 Cornulier 1982, 1995, 2009 ; Dominicy 1992 ; Gouvard 1999.
  • 3 Gouvard 1993.
  • 4 Dominicy 2011, p. 247.

1Dans la lettre qu’il adresse le 25 août 1870 à son professeur Georges Izambard, Arthur Rimbaud écrit, à propos de Fêtes galantes : « Parfois, de fortes licences ; ainsi : Et la tigresse épou / vantable d’Hyrcanie est un vers de ce volume 1 ». Si, au moyen de la barre oblique, Rimbaud place la césure sixième là où elle ne se trouve évidemment pas, il ne dit en revanche rien de la prosodie ternaire qui a autorisé la « licence » en cause : Et la tigress(e) / épouvanta / ble d’Hyrcanie2. Mais, en 1870, Verlaine ne se serait pas exprimé en des termes différents : pour lui comme pour son jeune lecteur, la « césure » de l’alexandrin continuait à séparer deux segments hexasyllabiques, même lorsque toutes les normes classiques s’opposaient à cette division binaire. En réalité, il faut attendre la fin des années 1880 pour voir l’auteur de Fêtes galantes manifester, par ses allusions à des « césures » alternatives, une conscience expresse du rôle joué par la mesure ternaire 4/4/4 ou par les mesures semi-ternaires 4/8 et 8/4 3. En matière de métrique, les compétences active et passive reposent, pour leur plus grande part, sur la mémoire perceptuelle de certaines dispositions verbales 4.

2Le philologue classique ne saurait s’étonner d’un tel décalage entre les régularités du vers et la doctrine endossée par les poètes ou par les analystes de leur temps. Un article déjà ancien de Bassett (1919) a montré que, de manière comparable, les métriciens de l’Antiquité n’ont dégagé qu’une partie infime des contraintes pesant sur la distribution des frontières de mots dans un vers aussi prestigieux et aussi massivement employé que l’hexamètre dactylique.

3Il existe pourtant un cas de figure où la prise de conscience se fait plus impérieuse. En effet, celui qui s’astreint à importer dans sa langue des modèles métriques étrangers doit réfléchir aux structures abstraites qu’il veut rendre perceptibles et aux marquages susceptibles d’assurer cette reconnaissance à partir de la surface textuelle. Il est donc permis de supposer que l’adaptation des modèles grecs a produit, dans certaines situations au moins, l’émergence d’une conscience métrique rendue détectable par des indices formels objectifs. Dans ce qui suit, je vais me pencher sur deux exemples qui me paraissent illustrer pareil processus.

Le refrain dans Catulle 62

4Écrit en hexamètres dactyliques, le poème 62 de Catulle, tel qu’on le reconstitue ordinairement, se décompose en dix groupes terminés, chacun, par le même refrain. Ainsi le premier groupe renferme-t‑il les cinq vers qui suivent (Catul. 62.1-5) :

Vesper adest; iuuenes, consurgite; Vester Olympo
exspectata diu uix tandem lumina tollit.
Surgere iam tempus, iam pinguis linquere mensas
;
iam ueniet uirgo, iam dicetur hymenaeus.
Hymen o Hymenaee Hymen ades o Hymenaee !

  • 5 Agnesini (éd.) 2007, p. 180-181.
  • 6 Voir Trappes‑Lomax 2007, p. 209.
  • 7 Cupaiuolo 1965, p. 34 ; De Neubourg 1986, p. 69 ; Norden (éd.) 1903, p. 427-428, 440.
  • 8 Maas 1907, p. 591.

5S’il ne semble guère raisonnable de contester au refrain sa qualité d’hexamètre dactylique, les opinions divergent quant au traitement qu’il convient de réserver à la seconde occurrence du mot Hymen. Selon Agnesini 5, le principe de la uariatio prosodique recommanderait de créer un contraste entre le Hȳmen spondaïque situé en ouverture du vers et le Hy̆men iambique qui suivrait la césure trochaïque. Pour légitimer l’hiatus Hymenaeĕ Hy̆men qu’implique cette hypothèse, on pourrait invoquer le vers 4, puisque la scansion lourde (« l’allongement ») de la syllabe tur exige une absence de synaphie devant hymenaeus. Mais ce dernier phénomène, encore présent en 64.20 et 66.11 (où Goold imprime opportunément auctatus6), puis imité par Virgile (Aen. 7.398, 10.720), s’inspire d’un usage hellénisant où la coupe ennéhémimère précède un mot au profil ionique mineur 7. Par ailleurs, l’élision opère dans tous les exemples grecs au sein desquels Ὑμέναιε précède une voyelle : E., Tr. 310, 314, 331 ; Ar., Av. 1736-1737, 1742-1743, 1755 ; Ar., Pax 1332-1333, 1335-1336, 1344-1345, 1349-1350, 1355-1356 ; Men. 768 [Körte‑Thierfelder]. Et une conclusion similaire vaut pour le latin. Dans Plaut., Cas. 799-800 et 807-809, il faut appliquer à la formule Hymen Hymenaee o Hymen une scansion trochaïque qui l’assimile aux seconds hémistiches des septénaires environnants ; de sorte que hymenaeo, hymenaee o et hymenaeum occupent la même position métrique 8 :

  • 9 Fedeli 1983, p. 91-92; TrappesLomax 2007, p. 147-148.

6Chez Catulle, Hymenaee s’élide à quatre reprises (61.4, 61.39, 61.49, 61.59) devant Hymen – je néglige ici les lignes 61.124, 61.144, 61.149, 61.154, 61.159, 61.164, 61.169, 61.174, 61.179, 61.184, 61.189, dont le texte et la prosodie prêtent à discussion 9.

  • 10 Soubiran 1966, p. 528-533.
  • 11 Van Raalte 1986, p. 72.

7Il s’ensuit que la seconde occurrence de Hymen dans le refrain ne saurait être autre chose qu’un spondée, ce qui nous amène à postuler une élision après la césure penthémimère. Il s’agit là d’un usage très marqué 10 mais dont Catulle, influencé par l’hexamètre grec 11, nous livre six autres attestations : 64.187, 64.224, 64.252, 100.3, 107.5, 116.1.

  • 12 Kroll (éd.) 1980, p. 124.

8Wilhelm Kroll 12 note l’étrange ressemblance que le refrain manifeste avec la séquence glyconéen + phérécratéen qui conclut les strophes du poème 61 et qui fournit les deux hémistiches des priapéens utilisés dans le poème 17. En effet, la simple substitution de Hy̆men à Hȳmen suffit à transformer en un glyconéen la portion de l’hexamètre allant jusqu’à la césure hephthémimère :

  • 13 Maas 1907, p. 591.

9L’existence d’un modèle grec (Ὑμὴν ὦ Ὑμέναι᾽ Ὑμήν, E., Tr. 331), l’analogie avec les vers 61.4-5, 61.39-40, 61.49-50, 61.59-60 (tous conformes au schéma – ∪ o Hymenaee Hy̆men o Hy̆men Hymenaee) et l’attaque de la pièce 62 (Vesper adest…) justifient de placer une virgule devant ades13.

  • 14 Cupaiuolo 1965, p. 70.
  • 15 Bandiera 1979.

10L’hypothèse selon laquelle Catulle a intentionnellement produit une ambivalence métrique se voit renforcée par les propriétés exceptionnelles du refrain. À l’élision après la césure penthémimère s’ajoute une coupe ennéhémimère qui sépare le Hymenaee final non d’un molosse, comme ailleurs (62.4 : dicetur ; 64.20 : despexit ; 64.141 : optatos ; 66.11 : auctatus [Goold]), mais du monosyllabe o14. Bandiera 15 a noté, en outre, que la distribution du mot pyrrhique ades contrevient aux régularités observables dans l’ensemble du corpus catullien. Sur les 214 occurrences de mots pyrrhiques, 84 apparaissent au pied I et 66 au pied IV ; de manière générale, les sous-corpus exhibent un rapport quantitatif analogue (poème 64 : 37 en I, 15 en IV ; poème 65 : 3 en I, 1 en IV ; poème 67 : 2 en I, 1 en IV ; poème 68 : 17 en I, 8 en IV) ou une prédominance au pied IV qui ne dépasse pas la proportion du simple au double (poème 66 : 5 en I, 9 en IV ; poèmes 69 à 117 : 18 en I, 20 en IV) ; mais la récurrence du refrain fait que le poème 62 aligne 10 occurrences en IV contre 2 seulement en I (v. 30 et 36). Aucune autre pièce ne contient, au quatrième pied, un pyrrhique à initiale vocalique ; de plus, les mots de ce type, dont on trouve 13 exemples en I et un seul exemple en V (66.25), se terminent toujours sur une voyelle : ego (64.24, 64.149, 64.196, 64.216, 64.221, 66.25, 66.37, 66.77), ita (64.84, 64.315, 67.9, 68.37, 97.1), ibi (66.33). La forme verbale ades de notre refrain cumule ainsi de multiples déviances.

  • 16 Skutsch 1969.

11Un obstacle de taille demeure, cependant. Si la portion du refrain qui suit l’hephthémimère équivaut à un phérécratéen, celui-ci possédera une base pyrrhique. Or, dans tous ses autres mètres à base double, Catulle ne recourt qu’au spondée, au trochée ou à l’iambe. On sait, de plus, que sa pratique obéit, dans ce domaine, à des tendances systématiques 16. À trois exceptions près (les bases iambiques de 2.4, 3.17 et 7.2), tous les phaléciens situés entre les pièces 2 et 26 commencent par un spondée. Pour le groupe constitué du poème 1 et des pièces 27 à 60, on compte 33 phaléciens à base trochaïque et 34 avec une base iambique. De même, les glyconéens et phérécratéens du poème 61 alignent les bases trochaïques jusqu’au vers 109, où le spondée fait son apparition (v. 109, 127, 129, 133, 134, 136, 142, 176, 182, 205, 208, 209, 216, 235). Si l’on est fondé à reconnaître une base pyrrhique dans la seconde portion du refrain, cette particularité doit procéder d’un choix délibéré, sans doute révélateur d’une véritable conscience métrique.

  • 17 Koster 1962, p. 216, 225, 229-230.
  • 18 Campbell 1982-1993.
  • 19 Voir Rupprecht 1933, p. 82 sur Alc. 908~931 et Willink (éd.) 1986, p. 221 sur Or. 838.
  • 20 Dominicy 2002, p. 340.
  • 21 Parker (éd.) 2007, p. 224-225.
  • 22 West 1982, p. 147.
  • 23 Dominicy 2005.

12Pour trancher le débat, il faut en revenir au corpus grec, où les bases pyrrhiques, quoique rares, sont bien attestées. Par prudence, on écartera de l’inventaire à établir les cas trop douteux. Il en va ainsi des phérécratéens à base pyrrhique que Koster 17 décèle, non sans hésitation parfois, dans E., Or. 838, E., Alc. 908~931 et Carm.Pop. 848 18. Une analyse alternative 19 y voit des « reiziana » (X – ∪ ∪ – ) avec une résolution initiale. Mais dans la mesure où le concept de résolution ne s’applique guère aux bases simples des mètres éoliens 20, il reste possible que nous ayons affaire à des rythmes ascendants, comme l’envisage Parker 21 à propos de Alc. 908~931 ; cette dernière approche, que West 22 adopte pour Carm.Pop. 848, permet souvent d’aboutir à des colométries moins arbitraires 23.

  • 24 Sappho, Alcée, Stésichore, Praxilla et les Scolia sont cités d’après Campbell 1982-1993; Théocrite (...)

13On obtient, en fin de compte, un total de 40 exemples potentiels (Sappho, Alcée, Stésichore, Praxilla, les Scolia, Théocrite 24) :

  • 25 Gow (éd.) 1952, II, p. 226-227, 499, 502, 516.
  • 26 Lobel (éd.) 1927, p. lii-liii, lxx.
  • 27 Hamm 1958, p. 42 n. 101; Bowie 1984, p. 120-122, 125-127, 130-131, 135.
  • 28 Magnien 1922.
  • 29 Hamm 1958, p. 143 ; Magnien 1922, p. 76.

14Certaines de ces lignes pâtissent d’une incertitude prosodique. Pour ὄπασαι (Theoc. 28.16) et χαλάσει (Theoc. 30.19, fruit d’une correction très plausible), on peut hésiter entre une scansion ὄπᾰσαι, χαλᾰσει, avec une initiale pyrrhique, et une scansion avec une initiale iambique liée soit à la longueur de la deuxième voyelle (ὄπᾱσαι, χαλᾱσει), soit à une gémination consonantique ὄπασσαι, χαλάσσει 25. Quoi qu’ait pu en dire Lobel 26, le dialecte éolien ou la langue littéraire qui en dérive n’obéissent pas, dans ce domaine, à des contraintes strictement linguistiques 27, mais plutôt à des alternances rythmiques semblables à celles que l’on peut observer chez Homère 28. Des formes à initiales pyrrhiques de ὀπάζω et χαλάω apparaissent déjà dans Hom., Il. 23.151 (ὀπάσαιμι = ∪ ∪ – ∪), Hom., Od. 6.181 (ὀπάσειαν = ∪ ∪ – –), h.Hom., In Dianam. 12 (χαλάσασ᾿ = ∪ ∪ –) et Thgn. 1306 (χαλάσον = ∪ ∪ –). Comme le lien morphologique qui unit ὀπάζω à ὀπᾱδός, ὀπηδός ne suffit à figer ni la quantité de la voyelle α, ni le poids de sa syllabe, on est en droit d’envisager, pour πεδάσει (Alc. 358.3), une scansion πεδᾰσει qui l’aligne sur πεδαλευόμενος (Alc. 358.6) malgré la relation dénominative entre πέδη et πεδάω 29.

  • 30 Voir, entre autres, Page 1955, p. 197-209, 303-306 sur Alc. 130a et Alc. 347b.
  • 31 West 1982, p. 30.
  • 32 Van Ophuisen 1987, p. 80.
  • 33 Voir, par ex., Fedeli 1983, Agnesini (éd.) 2007.

15Pour d’autres exemples, la reconnaissance d’une base pyrrhique dépend d’une reconstruction plus ou moins assurée 30. Mais en tout état de cause, un résultat significatif se dégage : sur les 40 témoignages relevés, 29 se rencontrent chez Sappho ou Alcée et 7 appartiennent aux trois pièces où Théocrite imite les poètes de Lesbos. Compte tenu de la taille du corpus subsistant, on ne saurait affirmer, comme le fait West 31, que la base pyrrhique demeure rare (« uncommon ») dans la tradition éolienne ; à cet égard, Héphestion voyait plus juste 32. Tout autorise donc à croire que l’ambivalence intentionnellement conférée au refrain du poème 62 va de pair avec une autre allusion métrique, véhiculée par l’attaque du phérécratéen. Cette stratégie d’écriture instaure un subtil rapport formel entre les pièces 61 et 62, qui nous renvoient l’une et l’autre, et dans des proportions variables, aux épithalames de Sappho 33.

16Chose remarquable, un hexamètre de Théocrite admet une analyse comparable ; en effet, sa césure trochaïque isole deux portions respectivement assimilables à un phérécratéen et à un érasmonidéen (Theoc. 18.58) :

Ὑμὴν ὦ Ὑμέναιε, γάμῳ ἐπὶ τῷδε χαρείης

Ὑμὴν ὦ Ὑμέναιε,

– – – ∪ ∪ –

phérécratéen

γάμῳ ἐπὶ τῷδε χαρείης

∪ – ∪ ∪ – ∪ ∪ –

érasmonidéen

  • 34 Voir Bergk 1882, p. 119-120 ; Wilamowitz‑Moellendorff 1900, p. 72 ; et, sur la scansion trisyllabiq (...)

17On trouve, très vraisemblablement, la même combinaison dans le poème 111 de Sappho34 :

ἴψοι δὴ τὸ μέλαθρον,

– – – ∪ ∪ –

phérécratéen

ὐμήναον,

– – ∪

ἀέρρετε, τέκτονες ἄνδρες,

∪ – ∪ ∪ – ∪ ∪ – –

érasmonidéen

ὐμήναον,

– – ∪

γάμβρος ἔρχεται ἶσος Ἄρευι,

– ∪ – ∪ ∪ – ∪ ∪ –

tétramètre éolien catalectique

ὐμήναον,

– – ∪

ἄνδρος μεγάλω πόλυ μέσδων,

– – ∪ ∪ – ∪ ∪ – –

érasmonidéen

ὐμήναον.

– – ∪ ∪

Horace, Carm. 2.18

18Cette ode, unique en son genre avant l’imitation de Prudence (Epilogus), fait alterner le quaternaire trochaïque catalectique ou « lecythium » et le trimètre iambique catalectique :

  • 35 Havet 1924, p. 191-192 ; Snell 1982, p. 22.

19L’on parle ordinairement d’un « système hipponactéen » (en distiques ou en strophes de quatre vers), sans doute parce que la tradition veut qu’Hipponax ait inauguré l’emploi du tétramètre iambique catalectique 35.

  • 36 Syndikus 1972, p. 470, n. 27 ; Nisbet, Hubbard 1978, p. 308-309.

20La syllabe finale du lecythium est linguistiquement légère (« brève ») aux vers 17, 21 et 35, chaque fois conclus par un ă : marmora, litora, Promethea. Le trimètre iambique catalectique se termine toujours, ou presque toujours, sur une syllabe linguistiquement lourde (« longue »). La seule exception possible figure au vers 30 si l’on rapporte destinata à aulă (v. 31) ; cette donnée métrique plaide en faveur des interprétations qui construisent destinata comme un ablatif modifiant fine ou, de façon beaucoup moins plausible, un aulā sous-entendu 36.

Le trimètre iambique catalectique

21Le trimètre iambique horatien, que l’on trouve utilisé dans l’Épode 17 (81 vers), se distingue du sénaire iambique par le fait que les pieds II et IV prennent obligatoirement une forme « pure » (iambe ou tribraque), tandis que les pieds I, III et V acceptent une réalisation « impure » (spondée, dactyle ou anapeste). On obtient ainsi, pour l’Épode 17, les chiffres suivants :

I

II

III

IV

V

Pieds « purs »

35

81

23

81

43

%

43,2

100

28,4

100

53,1

Pieds « impurs »

46

0

58

0

38

%

56,8

0

71,6

0

46,9

  • 37 Dominicy 2002, p. 336-337.
  • 38 Dominicy 2002, p. 325-331.

22Dans le vers que nous étudions ici, les pieds V et VI de la variante non catalectique se muent en un bacchée 37. Il s’ensuit que le pied (bacchiaque) V, devenu le dernier, reçoit partout sa réalisation prototypique, à la fois « pure » et trisyllabique 38. Comme dans le trimètre non catalectique, les pieds I et III peuvent être « impurs », mais un contraste frappant sépare notre poème de l’Épode 17. En effet, on ne relève, sur un total de 20 vers, que deux réalisations « impures » au pied I ; à ce trait, le vers 34 ajoute une singularité absolue, puisqu’il est le seul à renfermer une résolution :

6

ignotus heres regiam occupaui,

(spondée en I)

34

regumque pueris, nec satelles Orci

(spondée en I et tribraque en II)

23En outre, il n’y a que quatre réalisations « pures » au pied III :

2

mea renidet in domo lacunar;

(iambe en III)

14

satis beatus unicis Sabinis.

(iambe en III)

38

genus coercet, hic leuare functum

(iambe en III)

40

uocatus atque non uocatus audit.

(iambe en III)

24Soit, en chiffres :

I

II

III

IV

Pieds « purs »

18

20

4

20

%

90

100

20

100

Pieds « impurs »

2

0

16

0

%

10

0

80

0

25Le trimètre iambique catalectique est encore utilisé dans l’Ode 1.4 (10 exemples au total) ; on n’y trouve aucune résolution, et les réalisations « pures » (iambiques) et « impures » (spondaïques) se distribuent, au pied I, de manière exactement inverse :

I

II

III

IV

Pieds « purs »

1

10

0

10

%

10

100

0

100

Pieds « impurs »

9

0

10

0

%

90

0

100

0

  • 39 Nisbet, Hubbard 1970, p. xlv-xlvi.

26La structure trimétrique, et la norme neutre qu’illustre l’Épode 17, ne suffisent donc pas à élucider ce qui se passe au pied I des Odes 1.4 et 2.18. L’explication réside, selon moi, dans l’omniprésence, en 1.4 comme en 2.18, de la césure penthémimère et dans l’interprétation variable que reçoit le premier hémistiche. Le « troisième système archiloquien » de l’Ode 1.4 se caractérise par l’alternance répétée de l’archiloquien majeur et du trimètre iambique catalectique 39. Du fait que l’archiloquien majeur est constitué d’un quaternaire dactylique (césuré comme un hexamètre chez Horace) et d’un ithyphallique (une séquence de trois trochées), le second hémistiche du trimètre iambique catalectique s’aligne sur l’ithyphallique :

∪∪∪∪

||

∪∪ – ∪∪

+

– ∪ – ∪ –

archiloquien majeur

– ∪ – –

||

– ∪ – ∪ –

trimètre catalectique

1

Soluitur acris hiems

||

grata uice

+

ueris et Fauoni

2

trahuntque siccas

||

machinae carinas

(Hor., Carm. 1.4.1-2)

27C’est d’ailleurs ainsi que Terentianus Maurus concevait le « troisième système archiloquien » :

soluitur acris hiems grata uice, tetrametros hic est,
et tres trochaei ueris et fauoni,
trahuntque siccas portio est iambi :
cas hinc superfit, semipes habetur :
similes trochaei machinae carinas. (Ter.‑Maur. Keil 1871-74, 411)

  • 40 Nisbet, Hubbard 1970, p. xl-xli.
  • 41 Syndikus 1972, p. 464-465 ; Wili 1948, p. 201.
  • 42 Nisbet, Hubbard 1970, p. xlvi ; 1978, p. 292.
  • 43 Koster 1962, p. 346-347.

28En vertu de ce parallélisme, les deux premiers pieds de l’ithyphallique doivent être « purs » et bisyllabiques : en effet, ils se voient correspondre, dans le trimètre iambique catalectique, le pied IV (un iambe prototypique) et le pied V (un bacchée prototypique). D’autre part, la possibilité de reconnaître un rythme trochaïque au second hémistiche du trimètre dote, par contrecoup, le premier hémistiche d’une autonomie qui permet de le réinterpréter sur le modèle de l’hendécasyllabe alcaïque, où la cinquième syllabe est toujours lourde (« longue ») – ce qui produit ici un pied III partout spondaïque – et où la première l’est très majoritairement – ce qui produit ici une supériorité massive des pieds I « impurs » 40. Par contraste, le fait que l’Ode 2.18 exhibe une fréquence extrême de la réalisation iambique au pied I pourrait signifier qu’Horace a voulu rompre le lien avec l’hendécasyllabe alcaïque et simuler l’amorce des sénaires « purs » employés dans l’Épode 16, eux aussi toujours pourvus d’une césure penthémimère. Une telle hypothèse rend compte de l’allure « épodique » de notre poème 41 et justifie de l’analyser en distiques 42 plutôt qu’en strophes de quatre vers 43.

Le lecythium

  • 44 Christ 1874, p. 311-312; Korzeniewski 1968, p. 104; Koster 1962, p. 131-133; Snell 1982, p. 42, (...)

29La tradition métrique grecque 44 nomme ce vers « euripidéen » ou « lecythium », en souvenir d’un célèbre passage d’Aristophane (Ra. 1200-1248), où Eschyle, reprochant à Euripide de composer des trimètres iambiques auxquels on peut adapter n’importe quelle cheville, l’interrompt chaque fois, dans la récitation d’un prologue, pour introduire la formule ληκύθιον ἀπώλεσεν après la césure penthémimère ; exemple :

  • 45 Van Raalte 1986, p. 240-244, 366-370.

30L’anecdote, et la terminologie qu’elle a engendrée, prouvent que les Anciens avaient perçu la nature potentiellement trochaïque (avec catalexe) que revêt le second hémistiche des trimètres iambiques à césure penthémimère, sans doute parce que son profil métrique se confond avec celui du second hémistiche d’un tétramètre trochaïque catalectique. Dans ληκύθιον ἀπώλεσεν, une résolution située en fin de mot crée un tribraque ascendant au pied IV du trimètre iambique et un tribraque descendant au pied VI du tétramètre trochaïque catalectique ; ces deux dispositions se conforment à l’usage d’Aristophane 45 :

31La lecture des métriciens latins (Marius Victorinus, le pseudo-Caesius Bassus, Atilius Fortunatianus) confirme la pertinence de cette doctrine pour l’analyse de notre ode. Le second hémistiche du trimètre iambique catalectique, s’il est interprété comme un ithyphallique, vient s’aligner sur le lecythium :

‘mea renidet’ portio est iambi superfluente semipede, ‘det’, quae efficit penthemimeren tomen ; dehinc tres trochaei uersum complebunt ita, ‘in domo lacunar’. (Mar.‑Vict. Keil 1871-74, 169)

primum quidem comma cum trimetro uerso iungitur sic,
beatus ille non ebur neque aureum. (Bass. Keil 1871-74, 270)

si reddas huic partem suam, integrum trimetrum facies sic,
beatus ille non ebur neque aureum. (Atil. Keil 1871-74, 302)

Non ebur neque aureum

– ∪ – ∪ – ∪

lecythium

mea renidet

||

in domo lacunar

– ∪ –

||

– ∪ – ∪ –

penthémimère + ithyphallique

  • 46 Nisbet, Hubbard 1978, p. 287-288, 292.

32En raison du parallélisme ainsi instauré, les pieds I et II du lecythium doivent être « purs » puisqu’ils correspondent aux pieds « purs » IV et V du trimètre catalectique. Rien ne justifie donc de postuler une imitation de Bacchylide à cet égard 46.

33Cependant, les conclusions auxquelles nous venons d’aboutir semblent déboucher sur une contradiction. En effet, si le second hémistiche du trimètre iambique catalectique s’aligne, en 2.18, sur un lecythium assimilable à l’ithyphallique de 1.4, le traitement contrasté des premiers hémistiches devient inexplicable. Pour offrir une réponse argumentée à ce défi, il nous faut examiner de plus près la métrique verbale du lecythium.

La métrique verbale du lecythium

  • 47 Sur les fondements linguistiques de cette démarche, voir Dominicy, Nasta 2009, p. 247-249.

34La méthode à suivre consiste à inventorier les frontières de mots qui apparaissent entre les voyelles de deux syllabes successives 47. Si une frontière de mot apparaît entre la voyelle d’une syllabe n et celle de la syllabe + 1, et que le premier mot en contact n’est pas un préposititif monosyllabique (pronom, connecteur, préposition…) qui forme un groupe prosodique avec le second mot, on compte 1 pour « l’intermot » n considéré ; sinon, on compte 0. Deux cas de figure peuvent donner lieu à discussion :

(i)

Il y a élision ou prodélision entre les deux mots en contact ; exemple :

6

ignotus heres regiam occupaui.

L’élision donne 1 pour l’intermot 7 et 0 pour l’intermot 8 :

6

ignotus heres regiam occupaui.

La prodélision donne 0 pour l’intermot 7 et 1 pour l’intermot 8 :

6

ignotus heres regiam occupaui.

(ii)

Le premier mot en contact se termine par un enclitique ; exemple :

10

benigna uena est pauperemque diues.

On peut hésiter entre un intermot 8 de valeur 0 avec un intermot 9 de valeur 1 :

10

benigna uena est pauperemque # diues,

et un intermot 8 de valeur 1 avec un intermot 9 de valeur 0 :

10

benigna uena est pauperem-#-que diues

35Afin de ne pas biaiser les résultats, on compte, pour chaque intermot, le total obtenu en choisissant chaque fois 1 dans les cas douteux, et le total obtenu en choisissant chaque fois 0 dans ces mêmes cas douteux ; on fait la moyenne des deux totaux, et on calcule le pourcentage qu’elle représente sur l’ensemble des vers pris en considération.

36Cette méthode livre les chiffres suivants pour le lecythium de 2.18 :

Intermots

1

2

3

4

5

6

7

1

2,5

12,5

5

7

0

20

%

5

12,5

62,5

25

35

0

100

37La valeur étonnamment élevée de l’intermot 3 explique pourquoi Marius Victorinus et Terentianus Maurus analysent notre lecythium comme un dimètre iambo-crétique :

si e principio creticum retrahas, ‘non ebur’, cuius tertia positione longa est (sequitur enim n littera) erit trimetri iambici prima portio, ‘nec aureum’. (Mar.-Vict. Keil 1871-74, 168)

non ebur pes creticus :
longa nam fit tertia
consonante ex altera.
neque aureum prima ex trimetro portio est.
(Ter.‑Maur. Keil 1871-74, 399)

Non ebur

||

neque aureum

– ∪ –

||

∪ – ∪

crétique + mètre iambique

mea renidet

||

in domo lacunar

– ∪ –

||

– ∪ – ∪ –

penthémimère + ithyphallique

  • 48 Koster 1962, p. 131-133.
  • 49 Korzeniewski 1968, p. 104, 109-110; West 1982, p. 99-100.

38Quoi qu’en dise Koster 48, une telle scansion du lecythium semble bien attestée en grec 49. On peut donc croire qu’Horace l’a consciemment reprise ici pour renforcer la perception ascendante (« iambique ») de ses vers, et que le choix presque exclusif d’une syllabe légère (« brève ») au pied I du trimètre catalectique procède, elle aussi, de ce choix esthétique. Les Odes 1.4 et 2.18 acquièrent, dès lors, des profils rythmiques antagonistes qui rendent compte du détail prosodique.

L’interface entre métrique et syntaxe

39L’hypothèse que je viens d’émettre trouve une confirmation dans l’interface entre l’organisation métrique et la syntaxe. La figure donnée en appendice reproduit le texte complet de l’Ode 2.18 en délimitant, au moyen de crochets droits numérotés, les propositions grammaticales qu’il contient. Sur les 21 frontières propositionnelles (indiquées par la présence d’un crochet fermant suivi d’un crochet ouvrant), 14 coïncident avec un entrevers ou avec la césure penthémimère du trimètre iambique catalectique. En outre, 9 propositions (à savoir 1, 4, 5, 8, 9, 10, 13, 16, 22) voient leur début et leur fin coïncider avec l’entrevers ou la penthémimère.

40Dans trois trimètres, la césure penthémimère cohabite avec une frontière propositionnelle qui se place à l’endroit d’une césure hephthémimère potentielle et se trouve chaque fois précédée d’une finale de mot en voyelle + :

41Si l’on prend l’hephthémimère en compte (ce que recommande l’anaphore Hic… hic des vers 36-40), on régularise la transition de 18 à 19, et on aboutit à ce que les propositions 11, 12, 19, 20 et 21 débutent et finissent sur une frontière métrique.

42Restent alors deux cas (2-3, 6-7) qui viennent corroborer les enseignements de la métrique verbale : la frontière qui isole le crétique dans le lecythium remplit alors le même rôle régularisateur que l’hephthémimère, puisqu’elle coïncide soit avec une transition située entre deux coupures syntaxiques associées à l’entrevers (2 et 3), soit avec une transition située entre deux coupures syntaxiques associées à la penthémimère (6 et 7).

43Les exemples où l’articulation syntaxique n’épouse pas du tout au tout un schéma métrique pertinent n’impliquent donc que deux frontières propositionnelles :

  • 50 Womble 1961, p. 546-547.
  • 51 Nisbet, Hubbard 1978, p. 309-310.

44À chaque fois, le décalage paraît lié à l’occurrence du mot ultra ; celui-ci revêt évidemment une importance particulière dans un poème où il est sans cesse question de dépasser et de déplacer les bornes 50. En conséquence, il convient de prendre diuitem (v. 31) comme un adjectif rapporté à erum, et de maintenir ainsi un enjambement motivé par son contexte, plutôt que d’adopter la lecture de Nisbet et Hubbard 51 qui font de diuitem un substantif et qui construisent erum avec tendis au prix d’une syntaxe pour le moins hasardeuse.

Haut de page

Bibliographie

Agnesini A. (éd.) 2007, Il Carme 62 di Catullo, Quaderni di Paideia 5, Cesena.

Bandiera E. 1979, «L’uso delle parole pirrichie nell’ esametro di Catullo», Quaderni 2, p. 27-54.

Bassett S.E. 1919, «The Theory of the Homeric Caesura According to the Extant Remains of the Ancient Doctrine», AJPh 40, p. 343-372.

Bergk T. 1882, Poetae lyrici graeci. III, Poetas melicos continens, 4e éd., Leipzig.

Bowie A.M. 1984, The Poetic Dialect of Sappho and Alcaeus, Monographs in Classical Studies, Salem.

Campbell D.A. 1982-1993, Greek Lyric, Cambridge (Mass.), The Loeb Classical Library 142-144, 461, 476, 5 vol.

Christ W. 1874, Metrik der Griechen und Römer, Leipzig.

Cornulier B. de 1982, Théorie du vers : Rimbaud, Verlaine, Mallarmé, Travaux linguistiques 12, Paris.

Cornulier B. de 1995, Art poëtique : notions et problèmes de métrique, Coll. IUFM, Lyon.

Cornulier B. de 2009, De la métrique à l’interprétation : essais sur Rimbaud, études rimbaldiennes 1, Paris.

Cupaiuolo F. 1965, Studi sull’esametro di Catullo, Collana di studi latini 10, Naples.

De Neubourg L. 1986, La base métrique de la localisation des mots dans l’hexamètre latin, Verhandelingen van de Koninkijke academie voor wetenschapen, letteren en schone kunsten van België. Klasse des letteren 119, Bruxelles.

Dominicy M. 1992, «On the Meter and Prosody of French 12-Syllable Verse», Empirical Studies of the Arts 10, p. 157-181.

Dominicy M. 2002, « Colométrie, période et rythme dans le lyrisme choral en Grèce ancienne », LEC 70, p. 321-352.

Dominicy M. 2005, « Colométrie et figures rimiques dans le lyrisme choral en Grèce ancienne », in M. Murat, J. Dangel (éds), Poétique de la rime, Métrique française et comparée 3, Paris, p. 55-73.

Dominicy M. 2011, Poétique de l’évocation, Théorie de la littérature 3, Paris.

Dominicy M., Nasta M. 2009, «Towards a Universal Definition of the Caesura», in J.L. Aroui, A. Arleo (éds), Towards a Typology of Poetic Forms: From Language to Metrics and Beyond, Language Faculty and Beyond 2, Amsterdam – Philadelphie, p. 247-266.

Fedeli P. 1983, Catullus’ Carmen 61, 2e éd., London Studies in Classical Philology 9, Amsterdam.

Gouvard J.‑M. 1993, « De la sémantique à la métrique : les “césures” de Verlaine », Revue Verlaine 1, p. 125-155.

Gouvard J.‑M. 1999, La versification, Coll. Premier cycle, Paris.

Gow A.S.F. (éd.) 1952, Theocritus, 2e éd., Cambridge, 2 vol.

Guyaux A. (éd.) 2009, Rimbaud. Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade 68, Paris.

Hamm [Voigt] E.M. 1958, Grammatik zu Sappho und Alkaios, 2e éd., Abhandlungen der deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Klasse für Sprachen, Literatur und Kunst, Jg. 1951 Nr. 2, Berlin.

Havet L. 1924, Cours élémentaire de métrique grecque et latine, 6e éd., Paris.

Keil H. (éd.) 1874, Grammatici latini. VI, Scriptores artis metricae, Leipzig [Hildesheim, 1961].

Korzeniewski D. 1968, Griechische Metrik, Die Altertumswissenschaft, Darmstadt.

Koster W.J.W. 1962, Traité de métrique grecque ; suivi d’un Précis de métrique latine, 3e impr. corrigée, addenda, Leyde.

Kroll W. (éd.) 1980, C. Valerius Catullus, 6e éd., Stuttgart.

Lobel E. (éd.) 1927, ΑΛΚΑΙΟΥ ΜΕΛΗ: The Fragments of the Lyrical Poems of Alcaeus, Oxford.

Maas P. 1907, « Ὑμὴν ὑμήν », Philologus 66, p. 590-596 [repris dans P. Maas, Kleine Schriften, Hrsg. von W. Buchwald, Munich, 1973, p. 221-228].

Magnien V. 1922, « L’alternance rythmique chez Homère », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 22, p. 70-139.

Nisbet R.G.M., Hubbard M. 1970, A Commentary on Horace: Odes Book I, Oxford.

Nisbet R.G.M., Hubbard M. 1978, A Commentary on Horace: Odes Book II, Clarendon Paperbacks, Oxford.

Norden E. (éd.) 1903, P. Vergilius Maro. Aeneis Buch VI, Sammlung wissenschaftlicher Kommentare zu griechischen und römischen Schriftstellern, Leipzig.

Page D. 1955, Sappho and Alcaeus: An Introduction to the Study of Ancient Lesbian Poetry, Oxford.

Parker L.P.E. (éd.) 2007, Euripides Alcestis, Oxford.

Rupprecht K. 1933, Griechische Metrik: eine Einführung, 2e éd., Munich.

Skutsch O. 1969, «Metrical Variations and Some Textual Problems in Catullus», BICS 16, p. 38-43.

Snell B. 1982, Griechische Metrik, 4e éd., Göttingen.

Soubiran J. 1966, L’élision dans la poésie latine, Études et commentaires 63, Paris.

Syndikus H.P. 1972, Die Lyrik des Horaz: eine Interpretation der Oden. I, Erstes und zweites Buch, Impulse der Forschung 6, Darmstadt.

TrappesLomax J.M. 2007, Catullus: A Textual Reappraisal, Swansea.

van Ophuijsen J.M. 1987, Hephaestion on Metre, Mnemosyne. Suppl. 100, Leyde.

van Raalte M. 1986, Rhythm and Metre: Towards a Systematic Description of Greek Stichic Verse, Leyde.

West M.L. 1982, Greek Metre, Oxford.

WilamowitzMoellendorff U. von 1900, Die Textgeschichte der griechischen Lyriker, Abhandlungen der königlischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Philologisch-historische Klasse. N.F. 4, Berlin.

Wili W. 1948, Horaz und die augusteische Kultur, Bâle.

Willink C.W. (éd.) 1986, Euripides Orestes, Oxford.

Womble H. 1961, « Repetition and Irony: Horace, Odes 2.18 », Transactions and Proceedings of the American Philological Association 92, p. 537-549.

Haut de page

Annexe

L’interface entre métrique et syntaxe dans Hor., Carm. 2.18

1            [1Non ebur neque aureum
2      mea renidet in domo lacunar ;]1
3            [2non trabes Hymettiae
4      premunt columnas ultima recisas
5            Africa,]2 [3neque Attali
6      ignotus heres regiam occupaui,]3
7            [4nec Laconicas mihi
8      trahunt honestae purpuras clientae.]4
9            [5At fides et ingeni
10      benigna uena est]5 [6pauperemque diues
11            me petit ;]6 [7nihil supra
12      deos lacesso]7 [8nec potentem amicum
13            largiora flagito,
14      satis beatus unicis Sabinis.]8
15            [9Truditur dies die]9
16      [10nouaeque pergunt interire lunae ;]10
17            [11tu secanda marmora
18      locas sub ipsum funus]11 [12et sepulcri
19            immemor struis domos]12
20      [13marisque Bais obstrepentis urges
21            summouere litora,
22      parum locuples continente ripa.]13
23            [14Quid quod usque proximos
24      reuellis agri terminos]14 [15et ultra
25            limites clientium
26      salis auarus ?]15 [16Pellitur paternos
27            in sinu ferens deos
28      et uxor et uir sordidosque natos.]16
29            [17Nulla certior tamen
30      rapacis Orci fine destinata
31            aula diuitem manet
32      erum.]17 [18Quid ultra tendis ?]18 [19aequa tellus
33            pauperi recluditur
34      regumque pueris,]19 [20nec satelles Orci
35            callidum Promethea
36      reuexit auro captus.]20 [21Hic superbum
37            Tantalum atque Tantali
38      genus coercet,]21 [22hic leuare functum
39            pauperem laboribus
40      uocatus atque non uocatus audit.]22

Haut de page

Notes

1 Guyaux (éd.) 2009, p. 332.

2 Cornulier 1982, 1995, 2009 ; Dominicy 1992 ; Gouvard 1999.

3 Gouvard 1993.

4 Dominicy 2011, p. 247.

5 Agnesini (éd.) 2007, p. 180-181.

6 Voir Trappes‑Lomax 2007, p. 209.

7 Cupaiuolo 1965, p. 34 ; De Neubourg 1986, p. 69 ; Norden (éd.) 1903, p. 427-428, 440.

8 Maas 1907, p. 591.

9 Fedeli 1983, p. 91-92; TrappesLomax 2007, p. 147-148.

10 Soubiran 1966, p. 528-533.

11 Van Raalte 1986, p. 72.

12 Kroll (éd.) 1980, p. 124.

13 Maas 1907, p. 591.

14 Cupaiuolo 1965, p. 70.

15 Bandiera 1979.

16 Skutsch 1969.

17 Koster 1962, p. 216, 225, 229-230.

18 Campbell 1982-1993.

19 Voir Rupprecht 1933, p. 82 sur Alc. 908~931 et Willink (éd.) 1986, p. 221 sur Or. 838.

20 Dominicy 2002, p. 340.

21 Parker (éd.) 2007, p. 224-225.

22 West 1982, p. 147.

23 Dominicy 2005.

24 Sappho, Alcée, Stésichore, Praxilla et les Scolia sont cités d’après Campbell 1982-1993; Théocrite d’après Gow (éd.) 1952.

25 Gow (éd.) 1952, II, p. 226-227, 499, 502, 516.

26 Lobel (éd.) 1927, p. lii-liii, lxx.

27 Hamm 1958, p. 42 n. 101; Bowie 1984, p. 120-122, 125-127, 130-131, 135.

28 Magnien 1922.

29 Hamm 1958, p. 143 ; Magnien 1922, p. 76.

30 Voir, entre autres, Page 1955, p. 197-209, 303-306 sur Alc. 130a et Alc. 347b.

31 West 1982, p. 30.

32 Van Ophuisen 1987, p. 80.

33 Voir, par ex., Fedeli 1983, Agnesini (éd.) 2007.

34 Voir Bergk 1882, p. 119-120 ; Wilamowitz‑Moellendorff 1900, p. 72 ; et, sur la scansion trisyllabique de Ἄρευι, Hamm 1958, p. 159

35 Havet 1924, p. 191-192 ; Snell 1982, p. 22.

36 Syndikus 1972, p. 470, n. 27 ; Nisbet, Hubbard 1978, p. 308-309.

37 Dominicy 2002, p. 336-337.

38 Dominicy 2002, p. 325-331.

39 Nisbet, Hubbard 1970, p. xlv-xlvi.

40 Nisbet, Hubbard 1970, p. xl-xli.

41 Syndikus 1972, p. 464-465 ; Wili 1948, p. 201.

42 Nisbet, Hubbard 1970, p. xlvi ; 1978, p. 292.

43 Koster 1962, p. 346-347.

44 Christ 1874, p. 311-312; Korzeniewski 1968, p. 104; Koster 1962, p. 131-133; Snell 1982, p. 42, n. 12; Van Ophuijsen 1987, p. 70, 153.

45 Van Raalte 1986, p. 240-244, 366-370.

46 Nisbet, Hubbard 1978, p. 287-288, 292.

47 Sur les fondements linguistiques de cette démarche, voir Dominicy, Nasta 2009, p. 247-249.

48 Koster 1962, p. 131-133.

49 Korzeniewski 1968, p. 104, 109-110; West 1982, p. 99-100.

50 Womble 1961, p. 546-547.

51 Nisbet, Hubbard 1978, p. 309-310.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Dominicy, « L’adaptation des modèles grecs dans la versification latine », Interférences [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://interferences.revues.org/439 ; DOI : 10.4000/interferences.439

Haut de page

Auteur

Marc Dominicy

Université libre de Bruxelles

mdomini@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Hisoma
  • Logo Savoirs, Textes, Langage
  • Les cahiers de Revues.org